Areine de la Chartreuse


L'histoire se passe à la mi-juin 2016. Contacté par Vig, je suis sollicité pour effectuer avec lui, Véro et Renaud une incursion dans une ancienne canalisation située aux abords du fort de la Chartreuse, en pleine ville de Liège, en rive droite de la Meuse. Il s'agit en fait d'une "areine". 

C'est tout à fait le genre d'aventure qui vous fait dire que la spéléo est une bien chouette passion qui permet non seulement de découvrir des lieux insolites mais aussi faire de belles rencontres et vivre de bons moments. Merci à Vincent de m'avoir mis dans le coup .

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter ci dessous l'article publié à ce sujet dans le Regards 82 (revue de l'UBS)

(cliché Vig)




Tranchée des Barbus


Accès au pied de la salle des Mammouths







Autorisés à accéder à l'Abîme de Comblain, Patrice (GRSC) et moi avons effectué une rapide incursion dans la tranchée des Barbus  jeudi 2/02/2017 en vue d'aller revoir la nappe d'eau à -70 et se rendre compte de l'intérêt de reprendre un chantier avec les nouvelles techniques de désob, Mais un petit éboulement nous a empêcher de franchir le dernier cran vertical. Partie remise. Merci à Pol X. et Jérémy (CRSOA) pour leur soutien.


Un des barbus à qui on doit le nom de la Tranchée

Occasion aussi de constater si des CS auraient élu domicile pour l'hiver dans cette partie accessible uniquement à des spéléos que le mode limaçon ne dérange pas ! Vu un seul spécimen sur le parcours, à savoir un jeune grand rhinolophe.

Grand rhinolophe reconnaissable à sa queue repliée



Notez que la topo date de 1996... 20 ans de ça !

Plecotuspeleus




ll fut un temps -heureusement révolu- où nous, Spéléologues..., étions considérés par les "chiroprotecteurs" comme les ennemis n° 1 des chauves-souris. A les écouter, en fréquentant les grottes, nous étions un danger pour leur survie. Leur préoccupation était de nous interdire l'accès aux grottes.... C'est du moins comme ça que c'était perçu, à force d'allusions mais aussi parfois d'actes traduit dans certains faits.

C'est ainsi qu'on a pu voir des caricatures telles que celle-ci circuler. C'était du second degré évidemment car s'il y a bien une mascotte chère aux spéléos, c'est la chauve-souris, toujours représentée pour illustrer ce monde souterrain que nous partageons. Bon nombre d'entre-nous se sont même passionnés pour ces mammifères nocturnes et ont certainement contribué à leur meilleure connaissance en réalisant des études poussées à leur sujet..Mais n'empêche, cette mésentente n'était pas très saine et ne débouchait pas sur du constructif.

Avec la création de la cellule "Plecotus" au sein de Natagora et l'arrivée de spécialistes à l'esprit ouvert, ça a heureusement bien changé. Le dialogue existe. C'est même plus que ça car il y a maintenant une véritable collaboration entre nos deux structures.

I love UBS !
Au sein de la Commission Protection et Accès, mais aussi dans bons nombres de club de l'UBS, des actions de soutien sont organisées (par ex lors de la Nuit Européenne C) en collaboration avec Plecotus.
Il y a partage des connaissances, des informations, des techniques, chacun appréciant ce que fait l'autre et comment il fonctionne. Une complicité où tout le monde est gagnant, les C-S les premières !

C'est dans cette optique que j'avais été recontacté par la coordinatrice de Plecotus. Ce n'est pas la première fois puisque depuis quelques années, que ce soit seul ou avec Continent 7, nous avons collaboré à des comptages (Warre, Four à Chaux, cavités autour d'Aywaille, de Tohogne, etc) en donnant accès, voire en encadrant les bénévoles lorsque la progression le nécessite. Ce fut chaque fois de chouettes sorties, enrichissantes.
Cette année, l'idée de Plecotus était d'accéder à quelques cavités de la vallée de l'Aisne et ainsi étendre leur inventaire à des sites probablement utilisés comme dortoir par les C-S. Et bien sûr dénombrer leur présence éventuelle.Le nom du Trou Riga était sur la liste.Disposant de la clé et de temps libre en semaine, j'ai à nouveau répondu présent.

Question de rentabiliser la journée, le programme fut étoffé en matinée par la visite du tun nel de Chanxhe situé à côté du Trou Bleu. En réalité un ancien chantier CRSOA qui avait chercher là sans succès le moyen de court-crcuiter la vasque siphonnante de la résurgence. La présence du petit rhino avait été signalée à plusieurs reprises auparavant, d'où l'idée dans l'air de protéger durablement le site lors des futures "JAC" (Journée Actions Chauve-Souris prévue fin août 2017). Pour l'heure, aucune CS n'avait élu domicile pour l'hiver ici,  le tunnel étant en l'état trop aéré mais aussi anormalement sec. Un aménagement arrangera peut-être tout ça. A suivre...


Cette vérification effectuée, nous faisons un arrêt au Chalet à Aywaille, pour accessoirement casser la croûte mais aussi dans l'espoir d'y voir le grand rhino qui siégeait à l'entrée de la grotte 15 jours auparavant. Pas de chance, il n'était plus là :-(
Mais, en fouillant bien Rudy et Jonathan trouveront 4 autres individus d'une espèce bien plus discrètes et quasi invisible pour qui n'est pas habitué à les dénicher ! Bref 2 M. mystacinus + 2 M. daubenton.
Petit crochet par l'entrée sup également, sans trouvaille, si ce n'est quand même du guano, donc une fréquentation certaine des lieux.


Direction Bomal et Heyd pour s'enfiler (littéralement) dans le trou Riga. Le parcours n'est pas bien long mais le cheminement n'a rien à voir avec les lieux habituellement arpentés par nos amis lors de leurs escapades souterraines (carrières, tunnels, anciennes mines, forts, etc).
Etant passé la semaine précédente ici sans observer l'ombre d'une seule chauve-souris, je pensais qu'on ressortirait "bredouille". Pourtant, à peine à quelques mètres de l'entrée, dans une petite fissure, les experts me dégottaient déjà une boule de poils ! Il fallut ensuite attendre de passer dans la grande salle pour en observer encore deux tout aussi invisibles à des non-avertis... Bilan : 2 M. daubenton + 1 myotis sp ( mysta ou daub). Ceci dit, si un aménagement à l'entrée permettait l'entrée du Rhino en plein vol, Riga semble pouvoir offrir des volumes qu'apprécie cette espèce.

Sortie après avoir ausculter coins et recoins, parfois à la jumelle pour les plafonds. Du moins, tout ce qui est accessible car j'ai pu constater que ces bestioles se contentent de bien peu d'espace pour s'installer. Et ça prend du temps.


Sortis vers 16h, il nous reste un peu de temps, aussi ayant remarqué que la grotte Nys toute proche était pénétrable, bien que sur terrain privé, je me suis dis qu'on pouvait bien se permettre une petite incursion... Pour la Science évidemment ! Nys, j'ai du la faire plusieurs fois du temps du refuge de la FNSA à VSG(ertude). Je me rappelais vaguement d'un grotte horizontale sportive de par la présence d'étroitures et d'oppos délicates. Annexée par un tour opérator hollandais, cette cavité école a manifestement du voir défiler beaucoup de monde, la roche est usée et glissante. Nous nous contentons des diaclases d'entrée, ce qui en soit est déjà bien physique, avec l'espoir d'y trouver une grappe ou l'autre qui profiterait de la quiétude des lieux car le site ne semble plus être fréquenté depuis quelques temps déjà. On s'en inquiétera !

Point de grappe sur le parcours effectué mais quand même 2 M. mystacinus et grosse surprise  1 Myotis Myotis, entendez par là un grand Murin. Il fait partie des 23 espèces de CS présentes en Belgique. Toutes sont protégées par Natura 2000 mais comme 6 autres, ce dernier a encore un statut spécial. On peut retrouver les nuances sur le portail de la RW consacré à la biodiversité

Pour en finir avec notre mission du jour dans ce secteur, signalons encore le crochet par la courte galerie s'ouvrant à droite en entrant dans la carrière. Néant.

Envie maintenant de voir ça en image, suivez le lien ci dessous


(touche F11 pour un plein écran, et légendes au bas de chaque diapositives)

Entrée supérieure du Tunnel de Chanxhe
Jack